On en parle dans la presse

Article dans le parisien

 

 

 

Oublié ou presque le chômage de Stéphane, les heures fatigantes d'aide à domicile de Fati à Nandy. Depuis quelques jours, la famille Blanchard et leurs trois filles profitent de la plage de… Grisy-sur-Seine, et du gîte d'Odile et Francis Oudot, situé à environ 70 km de chez eux. Ils font partie des trente familles en difficulté qui bénéficient d'une semaine de vacances offertes à l'occasion des 30 ans des Gîtes de France Seine-et-Marne.

Une opération financée par le conseil général et appuyée par la fédération départementale des centres sociaux. « Nous avons sélectionné les familles les plus fragiles, qui gagnent le smic ou moins et qui ont plusieurs enfants », souligne Laetitia Cadet, présidente de la fédération.
Il est 11 heures, Melissa, Kelly et Shana, les filles de Stéphane et Fati Blanchard, jouent sur la plage de Grisy. « On peut faire des châteaux de sable ou jouer au ballon. On peut même tremper les pieds. C'est vraiment chouette », dit Melissa. Un véritable bol d'air pour les enfants et les parents.
« Je suis au chômage depuis un an. Auparavant, j'étais chef d'un entrepôt logistique. Bien que ma femme travaille, il n'était pas question de partir en vacances, vu nos ressources actuelles », confie Stéphane, 48 ans. Depuis une semaine, la famille Blanchard a pris des habitudes de vacanciers heureux. « Le matin, les filles vont acheter le pain ou les viennoiseries au boulanger ambulant qui passe dans la rue. Et le plus souvent on part à la plage, raconte sa femme, Fati. Il y a tout pour occuper les enfants, même un parc de jeux avec des balançoires. Le village est charmant. Ici, dans la rue tout le monde nous dit bonjour. Ça change de Nandy ! » « La fermette qui nous abrite est jolie et on a même un lave-vaisselle. C'est génial, savoure la mère de famille. Et grâce aux bons gratuits qui nous ont aussi été offerts, nous avons pu assister aux fêtes médiévales et admirer le spectacle des aigles de Provins. Mais le plus impressionnant, c'était la visite des souterrains. »
Les propriétaires du gîte sont tout aussi satisfaits de cette initiative. « Au départ, on a toujours un peu d'appréhension quand ce sont des familles de zones urbaines. Certaines ne sont pas respectueuses et sèment la pagaille dans le gîte. Là, les Blanchard sont très sympas. Et cela fait plaisir d'être généreux et accueillants pour des familles dans le besoin », souligne Francis Oudot.

Le Parisien

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site